CASCADE DES AYGALADES

La cascade située sur la propriété du Château Falque, était investie par la bourgeoisie marseillaise du XIXe siècle. La demeure fut démolie dans les années 1940 lors de la construction de l’autoroute A7. Le ruisseau, lui, fut peu à peu relégué au rang de réseau d’assainissement et vit son accès interdit, son lit naturel canalisé et maltraité. Sa présence disparut de la mémoire collective des marseillais. Ou presque…

Aujourd’hui, les qualités de ce cours d’eau en font un enjeu singulier pour le développement urbain de Marseille, à l’image du projet Euromed 2 qui en a révélé le potentiel, en projetant de ré-ouvrir le ruisseau des Aygalades depuis le parc Billoux jusqu’à Arenc.

Un désir de patrimoine naturel révélé
La redécouverte de ce site exceptionnel a lancé une dynamique collective autour de cet espace patrimonial, aussi bien avec les populations, les acteurs sociaux, opérateurs culturels qu’avec les associations et entreprises locales.
L’association pour la Cité des Arts de la rue accompagne depuis 2009 cette dynamique en multipliant les ouvertures au public.
Elle lance fin 2015 le chantier de restauration du site en vue de son ouverture pérenne au public.

En portant ce chantier, la Cité des arts de la rue   :
– participe à la politique d’emploi du territoire en proposant des parcours d' »insertion inédits alliant production technique et ouverture culturelle
– mobilise ses compétences artistiques pour restaurer ce patrimoine naturel oublié
– participe à la restauration du ruisseau des Aygalades et à l’amélioration des eaux de la baie de Marseille

Après deux ans de chantier, le site permet aujourd’hui d’accueillir des activités proposées par les associations de quartier (balades urbaines, rencontres, découvertes patrimoniales,….).
En 2018, il s’agira d’inscrire plus largement encore le site dans les programmes d’activité des structures associatives et sociales du territoire, en particulier celles des quartiers de la Viste et des Aygalades.


Étude de faisabilité pour une ouverture publique maîtrisée des abords du ruisseau des
Aygalades sur le site de la Cité des Arts de la Rue.