LES LUNDIS DE LA TRANSITION  #10

LES LUNDIS DE LA TRANSITION 
Transition de la culture, culture de la transition : même combat marseillais 

 

Lancé par la mairie de Marseille pour préparer la ville de demain et faire face aux défis sociaux et environnementaux qui attendent la cité phocéenne, le cycle des “Lundis de la Transition” propose – ce lundi 6 décembre 2021 à 19h – son 10e rendez-vous mensuel à la Cité des arts de la rue
Transition de la culture, culture de la transition : même combat marseillais  

⏰ lun 6 déc – 19h
tout public – gratuit – passe sanitaire obligatoire

A voir en live ou sur place sur inscription ICI

 

Avec :

  • Jean-Marc Coppola : adjoint au maire de Marseille en charge de la culture pour toutes et tous, de la création, du patrimoine culturel et du cinéma.
  • Jean-Sébastien Steil : directeur de la “FAI-AR“, formation supérieure d’art en espace public. Président de “l’ApCAR – Cité des arts de la rue“.
  • Louisane Roy : réserve de l’antenne Sud de “La Réserve des arts“.
  • Béatrice Desgranges : directrice de “Marsatac“.
  • Camille et Manolo : “Théâtre du Centaure“.
  • Sigrid Pawelke : professeur de l’histoire de l’art, chercheur, curator independant.
  • Fabrice Lextrait : président “Les Grandes Tables“.
  • Anne Guiot : directrice artistique “Karwan“.
  • Caroline Seguier : directrice de “Planète Émergences“.

Transition de la culture, culture de la transition : même combat marseillais

Comme tous les secteurs d’activité, la culture a une responsabilité en termes d’impact écologique.

De la fabrication des décors aux déplacements des artistes, du matériel des festivals au papier de l’édition, en passant par la croissance toujours plus rapide de l’offre, les enjeux de réduction de l’empreinte environnementale sont nombreux dans le champ culturel.  

Ecoconception, réemploi, mobilités douces, slow art… Quelles actions concrètes mettre en place ? Des initiatives marseillaises engagées seront mises à l’honneur lors de ce dernier lundi de la transition de l’année, et avec elles nous réfléchirons à comment accélérer la “décarbonation de la culture”, en agissant à la fois à l’échelle individuelle des organisations et à celle, collective, du secteur.

Au-delà de cette nécessaire transformation interne, la culture a aussi une responsabilité sociétale : au confluent des secteurs public, privé citoyen, elle est une force d’entraînement et de mobilisation de la société.

L’incapacité répétée des “COP” à engager des bifurcations à la hauteur des enjeux, montre que le frein principal ne se situe dans la technique mais dans la poétique : la capacité à se figurer positivement et collectivement un monde vivable et désirable et les chemins pour y parvenir ensemble.

Les artistes ont de ce point de vue un rôle clé. Comment le jouent-ils déjà ? Comment l’amplifier ? Et si c’était à Marseille, capitale du cinéma et du récit, fertile en imaginaires puissants, que la culture de la transition pouvait enfin trouver ses mots, ses images et ses émotions, à même d’embarquer de manière irréversible une majorité ?