LÉZARAP’ART

GROUPE D’ACTION CULTURELLE DE PROXIMITÉ
www.lezarapart.com
04 91 69 11 80 – lezarapart@wanadoo.fr

lezarapart

Cité des arts de la rue


Créée aux Anciens Abattoirs de Saint Louis en 1995 l’association Lézarap’art intègre dès 2002 le site de la Cité des arts de la rue.

Lézarap’art dispose d’un espace de 700 m2 dont quatre ateliers destinés aux artistes résidents qui développent leurs propres créations : Marie Lucie Poulain (plastienne), France Cadet  (artiste multimédia), Hadi Boudechiche (comédien) et Adrien Maufay (constructeur scénographe), Germain Prévost Alias IPIN (artiste visuel); Ils s’associent à Lézarap’art dans le cadre des ateliers de pratique artistique.

Résidence – artistes in Cité
Lézarap’art offre ainsi à un artiste, ou collectif d’artistes, le temps, l’espace et les moyens de travailler sur une création s’inscrivant dans le contexte urbain, géographique, n’oubliant pas une visibilité et lisibilité du projet pour les populations voisines.

Les ateliers de pratique artistique amateur sont organisés chaque année en partenariat avec les acteurs sociaux afin de provoquer la rencontre entre artistes et population en marge de l’offre culturelle. Ces stages offrent une découverte étendue à différents univers artistiques: arts vivants, arts plastiques, sculpture, construction, robotique mécanique, sérigraphie..

Deux biennales de programmation de spectacles sont proposées aux habitants des territoires nord de Marseille :
Histoires au comptoir : programmation de spectacles dans les bars de quartier
Petit Art Petit: dédié à la famille proposant des spectacles d’art forain, installations et ateliers. [Prochain rendez-vous le 24 septembre 2016 – à la Cité des arts de la rue]

Les missions de l’association :
– Impliquer les publics dans des processus de création et d’apprentissage artistique afin d’éveiller la sensibilité et l’envie de créer d’autres rapports au monde et aux autres;

– Favoriser une mixité sociale, générationnelle, géographique et valoriser la richesse des territoires nord de Marseille, pour contrer une image négative largement véhiculée qui contribue à sa détérioration symbolique;

– Activer de nouvelles possibilités de rencontres entre les publics et La Cité des Arts de la Rue.